in

Le poppers est-il vraiment dangereux ?

Les dangers du poppers

Le poppers a conquis le monde de la nuit et des plans Q à une vitesse stupéfiante.
Il est toujours présent dans les soirées et son utilisation est devenue banalisée, notamment chez les gays et chez les jeunes.

Il est la source de grand débat autour de ses effets et de ses dangers potentiels.
Le poppers est-il vraiment ce produit dangereux que certains voudraient voir disparaître ?

Le poppers: de sa synthèse à son inhalation

C’est en 1844 que tout commence pour ce « produit magique » lorsque Antoine-Jérôme BALARD, pharmacien français, synthétise le nitrite d’amyle (qui sera ensuite détourné pour former d’autres composants entrant aujourd’hui dans la composition des arômes).
Cette substance n’a rien d’artificielle. En effet, elle est issue de la fermentation de la pomme de terre ! 100% BIO …

L'inventeur du poppers

TOUT CA C’EST GRÂCE A LUI

Les débuts sont purement médicaux et l’utilisation du poppers possède des vertus reconnues pour prévenir les affections cardiaques, notamment l’angine de poitrine et pour calmer les érections en cas de sonde urinaire.
C’est le comble pour un produit censé être dangereux !

Et bien sûr le poppers ne va pas resté longtemps dans le giron de la médecine puisque très vite il va être approprié par les plus festifs d’entre nous et va se diffuser dans les soirées gays pour ses effets euphorisants et dilatateurs.

Le poppers dans les fêtes gay

La multi-rennaissance du poppers

L’histoire du poppers est semée d’embûches. Il a été interdit à 3 reprises (1990, 2007 et 2011) pour des motifs de santé publique faisant référence à des dangers pour la santé des personnes. Des interdictions toujours annulées par le Conseil d’Etat, les dangers n’étant pas suffisamment étayés.

Le SNEG dénonçait déja l’interdiction du poppers en 2007, avant de se réjouir des annulations successives. En 2011, le Syndicat national des établissements gais réagissait à l’annonce d’une nouvelle interdiction.

Où en est-on aujourd’hui?

NO PROBLEM … !

Après 3 annulations, les dangers ne sont toujours pas avérés de façon large et seuls les plus farouches opposants essaient de tirer une sonnette d’alarme…
La consommation n’a pas baissé et une nouvelle interdiction n’est pas à l’ordre du jour.

Le décret de 1990 n’a d’ailleurs plus court puisque celui-ci a été abrogé en 2013. La fabrication, la vente et la consommation n’a alors plus de réglementation…

Vous ne serez pas inquiété si vous succomber à l’envie d’acheter du poppers.

Pas besoin d’avancer masquer donc !

Pas besoin d'avancer masquer pour acheter du poppers

L’ANSM reste prudente

L’ANSM, autorité de veille concernant les médicaments et les produits en lien avec la santé a émis en 2014 des recommandations quant à l’usage du poppers. Elle liste les effets pouvant être produits par l’utilisation du poppers. Elle se base sur les remontées de terrain et sur des chiffres couvrant la période 1999- 2011 … Aucune étude depuis cette date !

Les dangers du poppers sont donc à relativiser grandement au vu du désintérêt constaté par les professionnels ces dernières années.
La dernières étude en date en France date de 2017. L’Office français de lutte contre les Drogues et Toxicomanies observe une diminution de la consommation chez les jeunes de moins de 18ans  et une stabilisation chez les adultes, après avoir connue des pics.

Les risques énoncées dans différentes études

Ces risques sont repris dans la documentation de l’ANSM (se basant sur les expositions notifiées par les Centre anti-poison et de toxicovigilance d’octobre 2011):

  • Troubles cardiovasculaires
  • Atteintes oculaires telles que diminution de l’acuité visuelle (Etude de Michel Paques – Inserm – 2010)
  • Nausées, vomissements, flush transitoire
  • Troubles sanguins
  • Troubles psychiques
  • Abus et pharmacodépendance ( ce risque est une précaution car aucun cas de dépendance n’a été révélé [comme on peut l’entendre pour les drogues])

Les effets liés à la consommation de poppers (dans la vraie vie !)

Les cas énoncés au-dessus sont les risques théoriques évalués pour les cas les plus graves.
Toutefois,il peut exister des petits désagréments lors de la consommation de l’arôme:

  • Brûlures et irritations cutanées du nez et des lèvres
  • Céphalées (mal de tête)
  • Vertiges
  • Problèmes d’érection (le poppers étant de base un produit pour empêcher les érections impromptues)

Julien Bisse du Checkpoint, centre de dépistage à Paris parle du poppers:

Les précautions à prendre

Afin d’éviter les désagréments et les risques, voici quelques conseils:

  • Eviter les prises répétées dans un court laps de temps. Laisser les effets se diffuser et attendre quelques minutes
  • Ne pas mettre le poppers liquide en contact avec les muqueuses, ni avec la peau. Ce ne sont que les vapeurs qui produisent leurs effets. Utiliser un inhalateur de poppers peut être pratique
  • Ne pas avaler
  • En cas de mal de tête, ne pas continuer à utiliser
  • Eviter la consommation de poppers avec l’alcool, les stimulants sexuels (type Viagra et autres aphrodisiaques vendus en sex-shop gay)
  • Ne pas prendre de poppers au volant d’un véhicule, ni même en utiliser dans le véhicule
  • Ne pas utiliser le poppers près d’une flamme… C’est inflammable !

Les risques du poppers sont donc limités et maîtrisés dans une consommation occasionnelle et non excessive.

One Ping

  1. Pingback:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les billets Euro pour les Cash Master

Le phénomène des Cash Master

Une rélovution dans la prévention gay

« Rélovution » by AIDES: la Révolution de la prévention