Rencontres GAYActualités LGBTCulture GayInterviewsPeopleSorties GayPrévention SantéShopping

Chris Garneau : Mon album est sombre mais j'essaie sans cesse de l'amener vers la lumière


A l'occasion de la sortie de son album ''El Radio'', le prodigieux Chris Garneau, souvent qualifié de ''nouveau Rufus Wainwright'', a reçu CitéGAY. Une interview pleine de charme ...
chris garneau, gay, el radio, piano



Début d'après-midi étonnament ensoleillé pour cette première semaine d'Octobre. Une fois n'est pas coutûme, je me pointe avec 10 minutes d'avance à mon nouveau rendez-vous. L'action se passe dans une toute petite rue, pas très loin du métro Pigalle, au sein des locaux du label de mon nouveau coup de coeur musical, et le mot est faible! Dès mon arrivée je suis prévenu que je devrais un peu patienter : avant mon tour, une mini session-acoustique et une autre interview doivent avoir lieu. Celui que tout le monde attend dans ce petit bureau baigné de soleil, c'est Chris Garneau, un jeune auteur-compositeur de 26 ans, originaire de Brooklyn, qui vient de sortir "El Radio", une vraie caresse pour les oreilles, entre pop, folk et classique baroque. Ok, j'avoue que mon coup de coeur n'est pas seulement d'ordre artistique. C'est que le jeune homme a un sacré joli minois ! Bien sûr à l'écoute de son album, j'ai été complètement subjugué par la fragilité et la grande sensibilité, au point de ne plus réussir à écouter autre chose pendant une dizaine de jours. Chris est sans doute un chanteur qu'on adore ou qu'on déteste. Sa voix souvent haut-perchée et ses mélodies mélancoliques peuvent râvir autant qu'agacer. Mais en tout cas impossible de ne pas être sensible à son univers ... Finalement un quartet fait son entrée, avec Chris apparaît en fin de cortège. Il a carrément l'allure d'un petit garçon mais chacun stoppe instantanément ses activités pour le regarder passer, tel un magicien capable d'arrêter le temps. Il prend place devant moi, devant un synthé disposé au milieu de la pièce, et interprète deux chansons phare de son album devant la caméra des journalistes. D'un seul coup cette journée se colore de romantisme. Quel bonheur d'entendre ce mini-concert privé improvisé ! Après une interview en extérieur, je sens que ça va enfin être mon tour ! Direction un petit café place Pigalle. Chris a vécu une partie de sa petite enfance en France, ce qui fait que nous allons converser à la fois dans la langue de Shakespeare et dans celle de Molière. Je commence à poser mes questions en prenant bien soin de ne pas me noyer dans ses beaux yeux verts, ce qui relèvera forcément de l'exploit ...

Tof : Bonjour Chris, j'espère que ton passage à Paris se passe à merveille ! Tout d'abord, pour les internautes qui ne te connaissent pas, pourrais-tu te présenter et nous dire ce qui t'a donné envie de te lancer dans la musique ?

Chris Garneau : Officiellement je suppose qu'on doit dire que j'ai commencé la musique avec l'enregistrement de mon premier album "Music for Tourists" vers l'âge de 19-20 ans, mais en réalité j'apprends la musique depuis que j'ai 5 ans. C'est à cet âge en tout cas que je me suis mis à jouer du piano. Vers 12-13 ans j'ai appris le chant classique pendant 2 ans, et puis vers 15-16 ans j'ai un peu abandonné tout ça, pour écrire. Enfin tu sais c'était mes tous premiers textes et ils n'étaient pas vraiment bons [Sourire] C'était des chansons très longues, très épiques, tu vois ? Par la suite je me suis appliqué à simplifier les choses jusqu'à ce que ça me satisfasse vraiment.









































Tof : J'imagine que tu viens d'une famille d'artistes ... ?
Chris Garneau : Et bien pas vraiment ... Certains membres de ma famille ont bien sûr l'amour de la musique mais personne n'en a fait son métier. Par exemple ma grand-mère jouait du piano, et mon père était un peu musicien, mais c'est vrai que quelque part je suis le premier à vouloir faire de cet art une carrière !

Tof : Les médias ne sont-ils pas un peu réducteurs, lorsqu'ils disent que tu fais de la folk ?
Chris Garneau : C'est effectivement l'aspect le plus important de ce que je fais. Je comprends le raccourci, mais je pense que c'est toujours assez difficile de vouloir résumer un style musical à son essentiel ... C'est aussi facile que de se dire que quand on est américain on ne pas faire grand chose d'autre que de la folk . Il ya toujours quelque chose d' étrange dans le fait de vouloir mettre la musique dans une case. Pour ma part, j'ai essayé de la diriger vers des arrangements classiques, baroques, mais aussi pop, americana, est-européen, et même cabaret. Tout ça c'est le résultat de mes influences, des éléments qui existent dans mon histoire.

Tof : J'ai tout de même l'impression que les éléments classiques sont plus présents dans cet album que dans le précédent...
Chris Garneau : Non c'est quelque chose qui pré-existait. Etant jeune j'ai par exemple beaucoup joué du Bach. Dans mon premier album qui contenait "Castle-Time" et "Baby's Romance" la part de classique était peut-être moins perceptible, mais ça restait quand même de la pop avec des éléments de classique. Avec "El Radio" j'ai voulu développer encore plus cet aspect, avec du baroque [Sourire].

Tof : Pourquoi avoir choisi le titre "El Radio", qui laisserait plutôt attendre un contenu hispannisant ?
Chris Garneau : En fait le "El" de "El Radio" vient du prénom de ma grand-mère Eleanor. C'est un album très inspiré par sa vie, sa mort. J'en ai écrit la majorité peu de temps après son décès, et il lui est totalement dédié. Paradoxalement lorsque j'ai perdu ma grand-mère, j'ai ressenti une vague d'énergie que je n'avais jamais vécu auparavant. Je suis parti avec mes amis dans une maison au bord d'un lac et nous nous sommes mis à enregistrer. Le terme "Radio", c'est pour exprimer mon désir de me faire entendre par le plus de personnes possible, partager mes idées et mes histoires avec tout le monde.

Tof : C'est un album triste, ou pas du tout ?
Chris Garneau : Pour moi il reste encore sombre en général, mais ce que j'ai essayé de faire d'une certaine manière, c'était d'amener tout ce coté obscur vers la lumière, en utilisant même un peu d'humour par moments. Ce disque est probablement moins introspectif que le précédent, plus tourné vers les autres, car depuis "Music For Tourists", j'ai pas mal voyagé et ça se ressent. Les chansons existent et sont souvent très pop. Je sais bien que globalement on ne peut pas dire qu'elles baignent franchement dans la lumière, mais ma façon de le jouer les morceaux peut être assez fun et avec mes musiciens on prend vraiment du plaisir à les jouer.









































Tof : De quoi parlent tes chansons ?
Chris Garneau : Au niveau des thèmes, chacune d'entre elle est indépendante, ce qui fait que le disque n'a pas de "consistance" à proprement parler. Avec "Dirty Night Clowns", j'ai créé ce personnage « romantique » de clown qui cambriole les maisons et brutalise les enfants. C'était une façon pour moi d'aborder le problème des abus sexuels et en particulier de la pédophilie, tout en montrant tout le coté sournois de ce genre de personnage. Dans « No More Pirates », je parle de personnes pas vraiment populaires. Les Pirates auxquels je me réfère sont ceux qui ne respectent pas les droits de l'homme, qu'ils soient politiciens, militants ou soldats. « Fireflies » (les lucioles ; ndlr) est quant à elle une chanson assez mystique. Elle parle de personnages abstraits qui symbolisent toujours quelque chose. C'est aussi une chanson sur le fait d'avoir des amis, de faire confiance à certains et de se méfier d'autres ... Les autres titres parlent de la mort et du temps qui passe. Mais j' insiste, c'est peut-être un album sombre, mais j'essaie sans cesse de l'amener vers la lumière !

Tof : Le clip de "Relief", une chanson de ton premier album "Music for tourists", fait intervenir des travestis. Est-ce que c'était ton idée ?
Chris Garneau : Ha je vois ! En fait mon ami Daniel Stessen, le directeur de cette vidéo, passait beaucoup de temps dans pas mal de restaurants comme celui-ci, fréquentés par des travestis et des prostituées qui travaillaient sur les parkings aux alentours. Comme il avait sympathisé avec beaucoup d'entre eux, il voulait les faire apparaître dans son film. On a passé beaucoup de temps ensemble et je suis moi-même devenu ami avec certains d'entre eux. Ce qui fait qu'il ya quelque chose de très joyeux, de très convivial qui transparaît dans cette vidéo. Il n'y avait pas vraiment de volonté de ma part. J'ai été excité par l'idée et elle a vraiment bien fonctionné, tout simplement.

Tof : Régulièrement les médias t'appellent "le nouveau Rufus Wainwright" ... Quel est ton sentiment par rapport à cela ?
Chris Garneau : C'est une belle idée. Il est certainement très respecté et il a beaucoup de succès. J'aime vraiment beaucoup la façon dont sa carrière progresse. Je veux dire qu'il a su rester intègre et honnête dans ce qu'il fait. Il est tout simplement admirable car il s'est donné une ligne de conduite et s'y est tenu, sans jamais tomber dans certains travers. Et puis j'apprécie vraiment la plupart de son travail. Il écrit de manière très intelligente.

Tof : Tu ne fais aucun mystère sur ton homosexualité. Est-ce que pour toi lorsqu'un artiste est gay, c'est important qu'il le dise ?
Chris Garneau : Pas vraiment en fait. Pour ma part je n'ai jamais voulu rien cacher à qui que ce soit. Dans ma vie personnel il n'y a pas de taboo là-dessus, et je n'ai jamais ressenti de crainte à le dire publiquement. Je ne veux pas être malhonnête par rapport à ça, et je n'ai par ailleurs jamais ressenti de motivation particulière en ce qui concerne tout ce qui a attrait à l'activisme pour les droits des gays. En fait je veux juste être un musicien et je suis définitivement plus pour le droit à l'indifférence que pour le droit à la différence. Je pense que pour que les choses changent dans le bon sens il suffit d'être naturel. Mon homosexualité a toujours été quelque chose de naturel et j'estime que ce n'est pas en en faisant trop et en me mettant en avant en tant que "musicien gay" que ça va faire évoluer les mentalités.

























Tof : Est-ce que c'est toi qui a dessiné la pochette de ton album et les illustrations de ton site ?
Chris Garneau : Ho non j'aurais bien aimé [Sourire] En fait chaque sortie d'album est un prétexte pour me retrouver avec des amis et c'est toujours très éxcitants de collaborer avec eux pour les visuels.

Tof : J'ai remarqué que le thème de l'enfance t'es très cher. Tu fais des photos amusantes avec des jouets en plastique, sur la pochette de ton disque tu es représenté en enfant, et il y a même une chorale d'enfants sur le titre "Over and Over". Est-ce que tu es quelqu'un qui ne veut pas grandir ?
Chris Graneau : Ho à vrai dire, je ne me souviens pas de la façon dont tout ça est arrivé ... Déjà sur le premier album il y avait des choeurs d'enfants sur "Castle-time". Je ne sais pas, je trouve qu'il y a quelque chose d'intéressant dans la voix des enfants. C'est probablement l'âge où le niveau de confiance est le plus élevé et je trouve ça très beau ...

Tof : Sur cet album, il y a "Les Lucioles", un instrumental qui aurait pu s'intégrer assez facilement à la BO du "Fabuleux destin d'Amélie Poulain" ... Peux-tu me dire si tu as des influences dans le cinéma ?
Chris Garneau : Oui tout à fait, je ne pense pas que ce soient les influences les plus évidentes. C'est vrai que je suis toujours curieux d'apprendre, dans tous les domaines. Je ne dirais pas nécessairement que mes chansons sont directement influencées par un film ou un autre, mais je suis un grand fan de David Lynch, de Lars Von Trier. Et puis il y a "Le pianiste" ce film monumental qui est vraiment mon favori. J'ai beaucoup voyagé et je trouve que dans le cinéma français il y a quelque chose d'imperceptible, un mouvement très particulier. J'aime beaucoup les films très passionnés, plutôt lents, qui laissent le temps au spectateur de prendre part à l'émotion et ça je le retrouve dans le cinéma français.

Tof : De quoi parles-tu dans le titre "Over and Over" ? Qu'est-ce qui recommence sans cesse ?
Chris Garneau : En fait c'est une chanson qui parle de situations où tu te retrouves dans un mauvais endroit au mauvais moment. Lorsque tu essaies de passer à un niveau supérieur dans ta vie mais que les événements te font revenir sans cesse en arrière. C'est quelque chose qui m'arrive, qui m'est arrivé et qui continuera probablement à m'arriver. C'est quelque chose qui me concerne mais qui à mon avis doit concerner beaucoup de monde. Ce n'est pas le même problème pour tous mais le résultat est le même.

Tof : En conclusion peux-tu me parler de ce qui va se passer maintenant pour toi ? Quand te reverrons-nous en France ?
Chris Garneau : En principe nous serons à nouveau en tournée en France en Février 2010. Je ne sais pas encore exactement dans quelle salle, mais ça pourrait être un peu plus grand que la Maroquinerie. D'ici là nous irons jouer en Chine et au Japon en Décembre et Janvier, et puis un petit peu aux Etats-Unis. Ensuite je vais commencer à écrire un nouvel album, il est temps ! [Sourire]

Merci Chris de m'avoir consacré un peu de ton temps précieux. L'entrevue fut délicieuse et je mentirais si je disais que je n'ai pas été quelque peu troublé. Il n'y a plus qu'à écouter "encore et encore", et toujours religieusement "El Radio" pour patienter jusqu'à ta prochaine tournée française. D'ordinaire tes prestations live donnent déjà la chair de poule alors je n'ose imaginer ce que ça va donner en Février 2010 !






























Découvre la chronique de l'album de Chris Garneau [ ICI ]

EN SAVOIR PLUS : http://www.chrisgarneau.com/





VIDEO PLUS :

Hands on The Radio :











Relief (sur le premier album) :










28/10/2009 Themes Culture Interview TOF

Partager :
People  
Frédé­ric Mitter­rand est formel !

Migos réagit aux accusations d'homophobie !

Une demande en mariage d'un couple gay en plein concert d'Adele

Keegan Hirst, le rugbyman gay, a failli se suicider.

Boy George - Il soutient Macron car il le croit gay


Publicité






© copyright 1997/2017   CiteGAY.fr | CiteGAY.com   ® tous droits réservés