Rencontres GAYActualités LGBTCulture GayInterviewsPeopleSorties GayPrévention SantéShopping

Sida : nouvelle offre de dépistage rapide à Paris


Après Lille, Montpellier, Marseille, Bordeaux ou une offre similaire à Paris du Kiosque Info Sida comme de AIDES, cette dernière association propose dans le Marais des tests à résultats rapides réalisés par des militants...
Sida, Dépistage, Santé, AIDES



En présence de Jean-Marie Le Guen, adjoint au maire de Paris, de Jean-François Delfraissy, directeur de l'ANRS, et de Bruno Spire, président de AIDES, l'association inaugure ce mardi 8 juin 2010 sa nouvelle offre de tests à résultats rapides réalisés par des militants de l'association. Dans le cadre d'une étude de recherche biomédicale, l'association expérimente cette nouvelle forme de dépistage communautaire du VIH auprès d'hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes.

FACILITER L'ACCES AU DEPISTAGE DE LA POPULATION GAY

Après COM'TEST, une première offre dans la capitale de AIDES de Test de Dépistage Rapide (TDR) du VIH à l'attention des gays et bisexuels (article), l'association lance à Paris l'étude DRAG'TEST qui se fera près des lieux de sociabilité gay. Les hommes désireux de se faire dépister pourront se rendre au Centre d'Information et de Dépistage Anonyme et Gratuit (CIDAG), 2 rue du Figuier, dans le 4ème arrondissement.

A noter que le Kiosque Info Sida propose également dans le Marais (Le Kiosque Infos Sida - Checkpoint, 36, rue Geoffroy l'Asnier - 75004 Paris) une offre de TDR au bénéfice de ces mêmes homos et bi soucieux de rapidité, confidentialité et non jugement (article).

Annoncée dès le mois de novembre 2008 par la Ministre de la Santé (article), ce biais des études permet de contourner le contexte légal français qui ne reconnaît pas pour le moment le droit à des acteurs non médicaux de réaliser des tests de dépistage du VIH et qui ne permet pas non plus l'utilisation des tests à résultats rapides.

«Or l'amélioration de l'accès au dépistage apparaît aujourd'hui comme l'un des principaux enjeux de la lutte contre le VIH» rappelle AIDES dans un communiqué rejoignant les avis de l'OMS, de la Haute Autorité de Santé en France ou du Rapport « Lert/Pialoux » de novembre 2009 portant sur l'évolution de la prévention du VIH chez les gays, où les deux chercheurs avaient insisté également sur la nécessité de créer une offre de dépistage ciblée et adaptée à cette population.

«Par peur d'être jugés, et parce qu'il peut parfois être difficile de parler de ses pratiques avec un médecin» les hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes sont souvent réticents à se faire dépister. «Face à cette réalité, l'approche communautaire s'impose comme un moyen de faciliter l'accès au dépistage de la population gay» explique AIDES précisant que l'accent est mis sur l'accueil, l'écoute, le soutien et les conseils de prévention.

UN PARI DOUBLE

Pour les autorités et les associations, le pari est double. D'une part, au niveau individuel, diminuer le nombre de personnes ignorant leur séropositivité et faciliter leur prise en charge médicale et optimiser ainsi leurs traitements. D'autre part, et d'un point de vue collectif cette fois, cette prise en charge thérapeutique induite par un dépistage plus précoce, et alors même que plus de 30.000 séropositifs ignoreraient leur statut sérologique, vise à ce que ces personnes prises en charge n'exposent plus leurs partenaires du fait de leur ignorance et voient leurs charges virales diminuer, l'absence de charge virale détectable étant l'un des facteurs pour lequel on estime que le risque de contamination est potentiellement faible. Avec cette double ambition, le taux de prévalence au VIH-sida en France pourrait diminuer comme le nombre de nouvelles contaminations.

Les tests de dépistage rapide (TDR) du Sida permettent, en trente minutes après un simple prélèvement de sang au niveau du doigt, de connaître le statut sérologique des personnes ainsi dépistées. Contrairement aux tests salivaires, cet outil de dépistage, via un recueil d'une goute de sang à l'extrémité d'un doigt, a une fiabilité équivalente aux tests classiques. Il doit être effectué, pour être certain, après un délai de trois mois après une éventuelle exposition au VIH.

En cas de résultat positif, les personnes testées seront orientées pour faire un test traditionnel et assurer le suivi médicalisé. Les TDR sont déjà utilisés en Amérique du Nord, Suisse, Grande-Bretagne, ou encore en Espagne.

EN SAVOIR PLUS

Le site dédié de AIDES sur le dépistage communautaire : depistage.AIDES.org

Le site du Kiosque Info Sida : www.lekiosque.org

VIDEO PLUS

Un débat d'edimark.tv avec Bruno Spire, Président de AIDES, et le Pr. Willy Rozenbaum, président du CNS, sur le sujet du dépistage.





08/06/2010 Themes Prevention G.L.

Partager :
A votre écoute... 
Sida Info Service vous répond

Pin-Aides sur nos dialogues


Prévention 
Dossier Prévention

Le Sida aujourd'hui

Modes de transmission

Primo-infection

IST et hépatites

Le préservatif

News Prévention 
Assos Prévention  

Remerciements 
Syndicat National des Entreprises Gaies
Aides
Sida Info Service
Internet Prevention and Sexuality Research


Publicité






© copyright 1997/2017   CiteGAY.fr | CiteGAY.com   ® tous droits réservés