Rencontres GAYActualités LGBTCulture GayInterviewsPeopleSorties GayPrévention SantéShopping

Les réactions à l'attribution du Nobel de médecine à Françoise Barré-Sinoussi et Luc Montagnier


Principaux intéressés, scientifiques, responsables politiques ou encore associations se félicitent de concert de cette nomination tout en pointant les besoins liés à la recherche sur le sujet...
Sida, Prévention, Nobel



Honneurs aux lauréats. D'Abidjan où il participe à une conférence sur le sujet, Luc Montagnier a fait part de son émotion : «ma réaction, c'est de penser à tous les malades du sida et tous ceux qui sont toujours en vie et qui se battent contre la maladie», insistant sur France 2 plus tard sur la collégialité de la découverte alors qu'il avait été accusé de s'être approprié à titre personnel la découverte du virus.

Françoise Barré-Sinoussi (Photo) qui se trouve actuellement au Cambodge a rappelé son combat contre le Sida qui a dépassé cette seule découverte : «J'avoue que j'étais à 100 lieues de m'attendre à cette nouvelle» a déclaré Mme Barré Sinoussi lundi, ajoutant avoir, après 1983, consacré «entièrement sa carrière à la recherche sur le virus» alors qu'elle se déclare comme une éternelle «militante» contre la pandémie.

Alice Dautry, directrice générale de l'Institut Pasteur qui a été par ailleurs déclaré Grande Cause Nationale 2008 s'est dite «très émue et très fière» ajoutant que «Non seulement il y a la découverte mais il y a aussi tout ce qu'ils ont fait après depuis 25 ans». Pour Jean-François Delfraissy, directeur de l'Agence nationale de recherche sur le SIDA et les hépatites virales (ANRS), «C'est une grande nouvelle» tout en insistant sur le fait que «Dans le domaine du SIDA et du VIH en particulier, nous sommes maintenant à 25 ans, avec une épidémie qui reste majeure au niveau du monde entier et avec, à certains moments, un sentiment un peu de désespérance, et la notion même qu'il y ait un prix Nobel qui mette en évidence que la découverte de ce virus ait été quelque chose d'essentiel dans l'histoire de la médecine, va rebooster l'ensemble des troupes et aussi d'obtenir l'ensemble des financements qui sont nécessaires». Willy Rozenbaum, chercheur, codécouvreur du virus du SIDA et président du Conseil national du SIDA n'a pas caché son amertume légitime a ne pas figurer aux côtés des lauréats soulignant que la découverte scientifique est «un travail d'équipe»

Les politiques, Nicolas Sarkozy, François Fillon, Roselyne Bachelot Bernard Kouchner, Valérie Pécresse ou bien encore Jacques Chirac y sont allés de leurs déclarations et communiqués de félicitations tout en cachant le fait que les pouvoirs publics diminuent les budgets de recherches dédiés à la lutte contre la pandémie. Pour le président Nicolas Sarkozy, «Ce prix Nobel honore l'ensemble de la médecine et de la recherche biomédicale françaises et européennes. Il est un encouragement à poursuivre les réformes favorisant l'excellence et l'innovation dans le domaine de la recherche». La ministre de la Santé a fait part de «sa fierté et de son émotion» et a tenu à rendre «hommage à l'action déterminante de ces deux personnalités marquantes du monde scientifique français. Leur découverte a rendu possible la mise au point d'un test de dépistage et la prise en charge thérapeutique des patients atteints du SIDA».

Les associations ont également fait part de leur émotion tout en appelant à une nécessaire remobilisation sur la question de la recherche fondamentale. Ainsi, le Sidaction a salué le travail de Françoise Barré-Sinoussi, membre de son conseil d'administration depuis 2005: «L'engagement du Pr Barré-Sinoussi dans la lutte contre le SIDA, au-delà de son excellence dans le domaine de la recherche, marque aussi le souci des meilleures équipes de recherche d'être à l'écoute des séropositifs et des malades du SIDA, et aux côtés des équipes soignantes, comme le marque sa présence à Sidaction». Aides pour sa part a félicité également les lauréats, et «espère que ce prix Nobel de médecine relancera les programmes de recherche». «Ce Prix n'est pas l'enterrement du sida, les besoins en recherche sont toujours criants. On a besoin de recherche sur les médicaments en raison des mutations et des résistances créées par le virus, des effets indésirables provoqués par les traitements et du nécessaire maintien de l'immunité. L'arrêt récent de la recherche sur les thérapies anti-VIH du laboratoire Roche, les financements à la baisse de l'ANRS sont autant de signaux appelant à une re-mobilisation politique en faveur de la recherche sur le sida. Il faut continuer l'effort de recherche» insiste encore l'association.

Act Up Paris replace sur le terrain politique cette annonce, commentant le communiqué de la Présidence de la République : «Ce communiqué s'avère scandaleusement hypocrite : en 2008, le Ministère de la Recherche a baissé les crédits de l'Agence Nationale de Recherche contre le Sida et les hépatites virales (ANRS) de 40 millions d'euros annuels à 37,6 millions, soit une diminution de près de 6% ; et le Ministère des Affaires Etrangères a baissé les siens de 3 millions à près d'1,5, réduisant sa contribution de 50%. Une chose est sûre : compte tenu du désengagement actuel de l'État dans la recherche publique en France, aucune recherche effectuée sur le VIH/sida aujourd'hui ne permettrait d'obtenir un prix Nobel de médecine dans 25 ans».

C'est sur cette double question, du financement de la recherche et la pérennité de celle liée à la lutte contre le VIH que les deux lauréats se sont également exprimés : «Ca stimule les jeunes à venir, les politiques à augmenter leurs financements pour nos jeunes chercheurs» souligne Françoise Barré-Sinoussi pour qui «Nous avons besoin d'une relève, d'éviter qu'ils partent à l'étranger», faute de postes ou de salaires décents. Luc Montagnier souhaite pour sa part «travailler davantage après le Prix Nobel qu'avant» alors que «nous sommes encore au milieu du gué en ce sens que nous n'avons pas encore vaincu totalement le SIDA».

Les lauréats du Nobel recevront leur prix le 10 décembre à Stockholm.

EN SAVOIR PLUS

Le communiqué d'annonce du Comité Nobel (Anglais) : nobelprize.org.

Nos articles liés au sujet :
- L'introduction du VIH chez l'être humain remonterait aux années 1880.
- Triste anniversaire : le Sida découvert il y a 25 ans.
- Sida : l'introduction aux USA, déclencheuse de l'épidémie mondiale, remonterait à 1969.

Notre Portail Prévention : http://prevention.citegay.com.

(Webmasters ! Vous souhaitez intégrer les Actualités LGBT CitéGAY sur votre site et les Communiqués de Presse associatifs ? Rien de plus simple, renseignez-vous : Ici)


07/10/2008 Themes Prevention G.L. (Photo:Françoise Barré-Sinoussi )

Partager :
A votre écoute... 
Sida Info Service vous répond

Pin-Aides sur nos dialogues


Prévention 
Dossier Prévention

Le Sida aujourd'hui

Modes de transmission

Primo-infection

IST et hépatites

Le préservatif

News Prévention 
Assos Prévention  

Remerciements 
Syndicat National des Entreprises Gaies
Aides
Sida Info Service
Internet Prevention and Sexuality Research


Publicité






© copyright 1997/2017   CiteGAY.fr | CiteGAY.com   ® tous droits réservés