Rencontres GAYActualités LGBTCulture GayInterviewsPeopleSorties GayPrévention SantéShopping

La recommandation de l'usage du préservatif dans tous les cas confirmée


Un cas allemand remet en cause l'avis suisse sur la non transmissibilité du VIH en cas de virémie indétectable...
Sida, Prévention



Le site Femmes et Sida édité par le CNRS revient sur l'avis suisse de février qui faisait état de l'absence de transmission du VIH au sein d'un couple sérodiscordant dans le cas d'une charge virale indétectable pour le partenaire séropositif.

Aussi, Femmes et Sida indique qu'un cas de transmission VIH vient d'être documenté en Allemagne au sein d'un couple sérodiscordant «malgré une thérapie antirétrovirale efficace et une charge virale indétectable du partenaire infecté», conditions qui avaient été posées par l'avis suisse. De plus, «L'analyse phylogénétique a éliminé la possibilité de transmission par un troisième partenaire éventuel».

Ce cas allemand remettrait ainsi en cause l'avis helvète. En juillet dernier déjà, une étude australienne avançait, contrairement aux données helvétiques, que sans protection, les risques de contamination demeurent dans tous les cas.

Le CNSR dans son article rappelle également qu'«Une étude de l'Inserm révélait dans le même temps que le VIH restait présent dans le sperme d'hommes traités efficacement par thérapie antirétrovirale, malgré une virémie indétectable, conduisant la France et la communauté internationale à s'interroger».

L'annonce au début de l'année dans le Bulletin des médecins suisses d'une synthèse de données effectuée par la Commission Fédérale pour les problèmes liés au Sida (CFS), équivalent helvétique du Conseil National du Sida français avait suscité un vif débat en France. Etait en cause la communication en décembre 2007 par Bernard Hirschel, responsable de l'Unité VIH-sida des hôpitaux universitaires de Genève, de données faisant état d'une absence de transmission du VIH dans le cas de couples sérodiscordants dont le partenaire séropositif, sous traitement antiviral qui conduit à un taux de virus indétectable, ne transmettrait pas dans les fait le virus en cas de pratiques sexuelles à risques.

Les autorités françaises et la majorité des associations hexagonales qui ont commenté l'avis suisse réclamaient la prudence et le maintient de la politique publique de prévention sur le sujet, à savoir la recommandation de l'usage du préservatif dans tous les cas. Ce cas allemand, s'il devait être confirmé, viendrait appuyer cette analyse.

EN SAVOIR PLUS

L'article complet sur Femmes et Sida : femmesida.veille.inist.fr.

Nos articles liés au sujet :
-Sida : une étude conteste l'avis suisse sur la non transmissibilité en cas de thérapie efficace.
-Retour sur l'avis suisse concernant la non transmission du VIH dans certaines conditions.
-Avis suisse sur la transmission du VIH.

Notre portail Prévention : prevention.citegay.com.

(Webmasters ! Vous souhaitez intégrer les Actualités LGBT CitéGAY sur votre site et les Communiqués de Presse associatifs ? Rien de plus simple, renseignez-vous : Ici)


26/09/2008 Themes Prevention G.L.

Partager :
A votre écoute... 
Sida Info Service vous répond

Pin-Aides sur nos dialogues


Prévention 
Dossier Prévention

Le Sida aujourd'hui

Modes de transmission

Primo-infection

IST et hépatites

Le préservatif

News Prévention 
Assos Prévention  

Remerciements 
Syndicat National des Entreprises Gaies
Aides
Sida Info Service
Internet Prevention and Sexuality Research


Publicité






© copyright 1997/2017   CiteGAY.fr | CiteGAY.com   ® tous droits réservés