Rencontres GAYActualités LGBTCulture GayInterviewsPeopleSorties GayPrévention SantéShopping

Rufus Gifford, l'ambassadeur gay, star de la télé-réalité


Ex-trésorier de la campagne de Barack Obama aux allures d'acteur hollywoodien, le diplomate américain Rufus Gifford est une star de la télé-réalité au Danemark. Où son émission bat des records d'audience.



Il a un physique de mannequin pour une pub de lotion après-rasage et incarne le rêve américain. Diplômé de la prestigieuse Brown University en 1996, Rufus Gifford passe par la case production à Hollywood ("Dr. Dolittle", "Garfield"), avant de se laisser tenter par la politique à 29 ans. Aux côtés de John Kerry d'abord, puis de Barack Obama en 2008. Quatre ans plus tard, il tient les cordons de la bourse de la campagne pour la réélection du président démocrate. Puis, nommé ambassadeur, il débarque à Copenhague en 2013.



Aujourd'hui, Rufus Gifford, 41 ans, y est une star de la télé-réalité. Les cheveux gris cendré et le sourire d'une blancheur éclatante, le diplomate reçoit dans un salon de sa résidence privée, avec vue sur la mer, dans la banlieue chic de la capitale danoise. Des chants de Noël s'échappent des haut-parleurs, et son mari, le vétérinaire Stephen DeVincent, supervise, dans le hall d'entrée, la décoration d'un gigantesque sapin.

Mi-novembre, les Danois ont pu suivre leur mariage, à la mairie de Copenhague, dans le dernier épisode de la deuxième saison de l'émission "Jeg er ambassadøren fra Amerika" ("The American Ambassador"), sur la chaîne publique DR3.



Rufus Gifford ne voulait surtout pas "faire du Kardashian ».

Le programme, qui se décline en deux saisons de six et quatre épisodes d'une demi-heure chacun, passe d'un voyage de deux jours au Groenland à une réunion avec le ministre de la Défense ou à une soirée "True Detective" sur les pelouses de la résidence de l'ambassadeur. On a même droit à une visite dans sa chambre d'ado, près de Boston. L'occasion de revenir sur ses jeunes années difficiles et sur son coming out. Entre vie privée et vie publique, l'équilibre est parfois difficile à trouver. Rufus Gifford ne voulait surtout pas "faire du Kardashian". Il préfère évoquer une "série documentaire" plutôt qu'un reality-show, même si c'est bien de cela dont il s'agit.

C'est le producteur Erik Struve Hansen qui a eu l'idée du programme. Il avait déjà réalisé, à l'adresse des 15-39 ans, une série sur la vie d'une jeune pop-star et cherchait de nouveaux projets :

     « Je suis tombé sur la vidéo officielle qui présentait le nouvel ambassadeur. C'était un peu ringard. Mais il était évident qu'il avait tout ce qu'il fallait pour faire un bon personnage de télé : une énergie positive et le physique - pas celui irritant d'un top-modèle, mais plutôt d'un acteur hollywoodien. »


Sans compter sa proximité avec Obama.



Il faudra plusieurs mois, pourtant, avant que Rufus Gifford ne donne son feu vert. "Nous savions qu'il y avait un risque majeur, dit-il. Nous n'aurions pas de contrôle éditorial. C'était faire énormément confiance à une équipe de télévision avec laquelle nous n'avions aucune relation préexistante." Son mari aussi nourrit des doutes :

    « J'étais inquiet de voir comment je serais dépeint à l'écran. J'ai des diplômes, une carrière, je ne vais pas aux goûters des conjoints des ambassadeurs. »


Mais pour le jeune ambassadeur, l'occasion était trop belle : "On en revient à ma philosophie de la diplomatie : les temps changent et nous devons évoluer. On ne communique plus aujourd'hui comme au temps où Franklin et Jefferson étaient en poste à Paris." En résumé : les cocktails à l'ambassade avec les petits fours, façon pub, c'est bien, mais ça ne suffit plus. Et puis il y a l'image des Etats-Unis, écornée par les scandales. "Les jeunes de l'ère post-irakienne font preuve de scepticisme à l'égard de la politique étrangère américaine." Et les révélations sur l'espionnage électronique pratiqué par la NSA n'ont rien arrangé."C'est important de travailler de façon positive, même s'il ne s'agit pas de faire de la propagande pro-américaine auprès des téléspectateurs."

Le programme atteint en tout cas des records d'audience sur la chaîne DR3, même si d'aucuns soulignent le manque d'objectivité de certains médias danois, séduits par l'émission, envers l'ambassade. Le producteur se défend :

     « Les téléspectateurs trouvent que c'est marrant de voir leur pays à travers le regard d'un étranger »


Aux Etats-Unis aussi, le concept plaît. Au point que les diplomates américains sont désormais invités à suivre l'exemple de Copenhague.

Source : NouvelObs


30/12/2015 Themes People

Partager :
People  
Frédé­ric Mitter­rand est formel !

Migos réagit aux accusations d'homophobie !

Une demande en mariage d'un couple gay en plein concert d'Adele

Keegan Hirst, le rugbyman gay, a failli se suicider.

Boy George - Il soutient Macron car il le croit gay


Publicité






© copyright 1997/2017   CiteGAY.fr | CiteGAY.com   ® tous droits réservés