Rencontres GAYActualités LGBTCulture GayInterviewsPeopleSorties GayPrévention SantéShopping

Andy Bell (Erasure) : ''L'annonce de ma séropositivité a déclenché mon envie d'un album solo''


Andy Bell, se lance dans une aventure solo passionnante: l'album Electric Blue. Il a reçu CitéGay pour parler de ce nouveau projet surprenant et festif



J'arrive au studio télé à l'heure pour une fois, et je suis tout de suite accueilli par une charmante jeune fille blonde : « Il faut patienter un peu, il est au maquillage ! »
Pourquoi un studio télé ? Tout simplement parce que le monument queer que je vais rencontrer aujourd'hui, fait partie des invités du Set de Pink Tv.
Je patiente donc sagement mais de pied ferme, à la sortie de sa loge.
Observant les lieux, je ne tarde pas à livrer mon inquiétude car beaucoup de monde s'affaire autour de moi, et je me prépare donc à assurer pour la première fois une interview en plein « hall de gare ». Pour gâter le tableau, je suis parfois aphone car je sors d'une angine.
Quelqu'un aura-t-il perçu mes signaux de détresse ?
Et puis mon regard s'éclaire : un journaliste arrive tel un sauveur pour m'annoncer que le bureau de la rédaction sera certainement plus propice et confortable.
Ouf je respire !
Le personnage que je dois voir est plutôt du genre haut en couleurs, pour moi quasiment l'égal de Boy George si je me remémore sa participation à une émission-télé des années 80, où il arborait fièrement des porte-jaretelles noirs et harnais de cuir, entonnant le tube « Oh l'Amour ! » avec son groupe, pile à l'heure du dîner, et manquant de me faire avaler ma soupe de travers.
Plus tard, il n'hésitait pas à transfigurer Agneta, la blonde, tandis que Vince Clarke, son comparse (ex Yazoo et Dépêche Mode) campait la rousse Rita, plus vraie que nature, dans le cadre d'un hommage au groupe Mythique et camp Abba.
Le groupe dont je parle, vous l'aurez deviné, est Erasure.
Mais aujourd'hui c'est le chanteur du duo qui m'accueille, puis qu'il sort un album solo Electric Blue, incroyable qui va sans doute faire bouger plus d'une créature de la nuit ! Entretien torride avec Andy Bell ...










Tof : Hello Andy, tu te lances dans l'aventure d'un album solo, très peu de temps après la sortie du dernier album NightBird d'Erasure
Pourquoi avoir choisi ce moment précisément ?
Andy
: En fait tout s'est passé après l'album Other People's Songs, qui devait déjà être un album solo à l'époque mais qui est devenu un projet d'Erasure, nous avons rencontré Chris Smith et Philip larsen, connus sous le nom de Manhattan Clique)
A l'époque ils ont fait un extended mix de la chanson Solsbury Hill, qui figurait sur cet album.
Ils nous ensuite accompagné en tournée comme special DJ guests.
La tournée s'est terminée et ils m'ont donné un cd avec 4 chansons, car ils voulaient travailler avec nous.
Nous avons trouvé leur musique fantastique et nous avons donc accepté.
Par contre nous devions attendre avant de réellement collaborer car il fallait que nous partions en tournée suite à l'album NightBird qui est sorti en Janvier 2005.
Nous nous sommes donnés rendez-vous pour faire quelque chose à la fin de la tournée. Pendant ce temps le projet s'est enrichi. Au départ il n' y avait que 4 chansons, et puis 6, 7, puis 12 !. Philip est venu me voir chez moi à Londres et nous avons passé la nuit à chanter ces chansons. Cela fonctionnait parfaitement. Vince aimait aussi beaucoup aussi ce qu'il entendait.
Vince est maintenant marié et heureux d'une nouvelle paternité. Il a souhaité faire un break avec Erasure, ce qui m'a permis de profiter de ce projet en solo.
C'est vraiment quelque chose que je voulais faire depuis longtemps parce que j'adore la Dance Music !
J'avais besoin de quelque chose de plus dynamique et festif que le son Erasure, parfois mélancolique, comme dans NightBird. Je suppose que ce son est le résultat unique de ma combinaison que je forme avec Vince. Mais cela va peut-être changer car j'ai un nouveau boyfriend [SOURIRE]
Ce n'est pas tout à fait ma première aventure solo, car j'avais participé à l'opéra de Peter Hammil "La Chute de La Maison Usher" en 1991.
Mais l'album Electric Blue est différent car il sert avant tout à définir mon espace personnel, mon territoire. Tu sais Vince a toujours été « i>la tête pensante » de Erasure. haque fois c'était lui qui prenait les décisions sur ce que nous devions faire et ne pas faire.
Avec mon album solo, c'est moi qui dirige les opérations. En plus je travaille avec une équipe de jeune, ce qui me donne un rôle un peu paternel .

Tof : Comment as-tu abordé cet album solo ?
Andy
: Je pense que cet album définit avant tout mon propre espace, mon territoire. Vince a toujours été mon mental au sein d'Erasure. Il a toujours était comme mon « conducteur » . Il me disait : Nous devrions faire ça et ne pas faire ça ... Cette fois j'ai pu vraiment faire tout ce que je voulais, diriger les opérations. En plus je travaille avec des garçons plus jeunes, ce qui inverse un peu la tendance ...


Tof : Tu as une villa en Espagne et donc tu devais être aux premières loges lorsque la loi sur le mariage gay est passée .
Andy
: Oui, enfin tu sais je n'y habite pas toujours. Je ne suis pas réellement intéressé par le mariage à titre personnel. Nous avons été invités à un « mariage » de lesbiennes il y a 5 ans. Nous vivons dans un très petit village. C'était une grande fête avec plein de gay et une grande parade. Ils nous ont demandé de venir chanter mais nous n'avons pas pu car nous étions en tournée, et en fait 6 mois après elles n'étaient plus ensemble.
Le couple avait vu là-dedans un prétexte pour faire une grande fête, c'est beaucoup plus important que ça !
Ce que j'ai trouvé sympa, c'est que le maire du village a tout de suite été d'accord. Et maintenant nous allons pouvoir le faire aussi en décembre en Angleterre .

Tof : Andy, est-ce que tu es plus Crazy aujourd'hui qu'au début de ta carrière dans les années 80 ?
Andy
: En fait au début j'étais surtout plus naïf, et peut-être avec plus d'énergie. Je me sentais invincible et prêt à conquérir le monde! [SOURIRE], qu'on allait être aussi célèbres que Madonna [Il bombe le torse pour montrer son tee-shirt].
Je ne réalisais pas combien l'industrie musicale était violente. Je pensais être costaud mais je me suis vite aperçu que dans ce monde on n'est jamais assez costaud. Même maintenant au moment de la sortie de mon album Solo, je me suis dit « Il va être n°1 partout dans le monde ». Tu sais je crois que je ne peux pas casser cet optimisme qui fait partie de moi !
En fait, je suis probablement moins « crazy » que je l'étais avant car en fait ma folie est aujourd'hui plus réfléchie tout simplement.

Tof : Comment s'est passée ta rencontre avec Claudia Brucken, ex Propaganda ?
Andy
:
En fait Claudia a été suggérée par Chris Smith.
Je l'ai rencontré à Noël, à une fête organisée par la maison de disques Mute à Londres.
C'était étonnant car je n'avais pas réalisé à quel point j'étais fan d'elle ! Il n'y avait sûrement pas plus fanatique que moi ce soir là . Par exemple j'ai les albums de Propaganda et son premier album solo tu vois, je possédais même des raretés sur elle.
Nous avons parlé de tout ça pendant deux heures au moins.
Elle a une voix très proche de celle de Marlène Dietrich sur certaines chansons, très spécifique et particulière qui plaît beaucoup.
Dès le départ Claudia a montré de l'intérêt pour le projet.




Tof : Et avec la rencontre avec Jake Shears des Scissor Sisters ?
Andy
: Vraiment super ! Une grande rencontre !
J'ai rencontré Jake car il nous avait invité à un show des Scissor Sisters à Londres, dans lequel ils m'ont dédié une chanson.
Puis on s'est revus, on a bu des coups ensemble, échangés des emails, pris des photos. Ils nous ont dit qu'ils avaient vu Erasure en concert lorsqu'ils avaient 20 ans, amené par le père gay d'Anna Matronic [SOURIRE]. De vrais fans quoi ! ...
Quand j'ai entendu la chanson I thought it was you j'ai tout de suite trouvé que cette chanson serait géniale pour un duo avec Jake. C'est amusant car chacun s'y déclare sa flamme !
Je lui ai joué dans un cabaret où nous sommes allés boire un verre et il a adoré car c'était une chanson vraiment très gay. Puis je l'ai revu à New-York où nous l'avons enregistré en studio, avec Baby Daddy (le synthé des Scissor Sisters;Ndlr) . Ca c'est fait très simplement tu sais ! C'est le système américain qui veut ça probablement

Tof : Dans le futur, peut-on s'attendre à un duo Erasure-Scissor Sisters ?
Andy
: Je ne sais pas si les Scissor Sisters seraient intéressés, car ils ont déjà leurs propres projets à mener à bien. Et puis il y a tellement de monde qui veut travailler avec eux ! Elton John, Bryan Ferry, tous ces gens tu vois.
C'est sûrement possible mais ça ne pourrait pas se faire tout de suite en tout cas.
Pour ma part j'adore les duos et il y a beaucoup d'artistes avec qui j'aimerais tenter l'expérience, toujours des femmes curieusement! [SOURIRE]

Tof : Pourquoi avoir choisi le single « Crazy » comme premier single et peux-tu me parler du clip ?
Andy
: Ce single est un peu étrange. En fait c'était le premier titre que nous avons écrit et c'est celui qui s'est incrusté le plus profondément dans nos esprits.
Cela parle du besoin de quelqu'un qu'on peut ressentir, au point de ne plus penser à rien d'autre. L'être aimé accapare toute la vie et cette pensée devient aliénante.
Il y a quelques références à Debbie Harry et à sa chanson Rapture (avec Blondie ; Ndlr). Le clip-vidéo me montre dans une sorte d'asile en 3D, en proie à des conflits avec moi-même, combattant mes démons intérieurs. Cela me fait penser à la baie de Guantanama.

Tof : Est-ce que tu as participé à la conception de la pochette du cd ?
Andy
: Oui bien sûr, j'ai voulu qu'il y ait un contraste entre la pochette du disque, dont la photo est très statique, avec des couleurs froides, et la musique du cd, très chaude, festive, et qui invite à danser.
Il faut savoir que je ne suis pas vraiment photogénique. Et puis finalement la dernière série de photos m'a bien plus car je trouve que j'y ressemble à Grâce Jones. J'ai trouvé ça génial...

Tof : Tu as l'air de bien apprécier le maquillage... Je ne sais pas si tu as vu le film de Todd Haynes Velvet Goldmine, sur la période du Glam Rock. Dans ce film, il est dit que le maquillage est là pour mettre en valeur la vérité ...
Andy
: Oui j'adore le maquillage . je n'ai pas vu ce film .Vraiment ? Mais je trouve que c'est carrément le contraire ! C'est plutôt pratique pour cacher. En fait c'est presque préférable d'être complètement nu !

Tof : Je te posais la question pour savoir si tu étais le même dans la vie que sur scène ...
Andy
: Oui je suis exactement le même tu sais, très simple. Je n'aime pas tout le show business, tu sais les cérémonies les premières. Je ne vais pas dans ces endroits là. D'ailleurs Vince déteste aussi cela. Et puis je suis très timide. Si je sors dans un bar ou un endroit public, je reste dans un coin isolé, et j'observe de manière nerveuse...

Tof : C'est le grand retour des sonorités eighties en ce moment ... Quel est ton regard par rapport à cela ?
Andy
: Je n'y pense pas vraiment à vrai dire. Je suppose que beaucoup parle d'Erasure comme d'un groupe des années 80, et je ne suis pas d'accord avec cette idée. Nous n'avons pas arrêté de faire de la musique tu sais.
A l'époque j'étais un adolescent et j'écoutais Siouxie and The Banshees, The Tourists, Soft Cell, Japan. Vince avait travaillé avec Allison Moyet (Yazoo ; Ndlr) et Dépêche Mode.
D'une certaine façon nous préférons nier cette période et aller de l'avant !

Tof : Rassure-moi ce n'est pas la fin d'Erasure ?
Andy
: Non pas du tout ! Nous préparons déjà un album accoustique, qui va sortir en Avril ou Mai l'an prochain. Cela va être une belle surprise.

Tof : Y aura-t-il une tournée Andy Bell ?
Andy
: Cela va dépendre car j'attends de voir ce que Vince en pense. Il aimerait faire la tournée accoustique avec le prochain album. Cela dépendra de quand cette tournée va commencer et nous verrons si j'ai le temps de faire ma propre série de concert.







Tof : L'an dernier tu as révélé ta séropositivité. Pourquoi avoir choisi ce moment précisément et est-ce que ça a changé quelque chose à ta vie ?
Andy
: En fait j'ai été malade lors de l'avant-dernière tournée et nous avons dû annuler 3 concerts. C'est là que j'ai découvert ma séropositivité et donc j'ai dû en parler à l'assurance de la tournée, qui m'a garanti que l'info ne serait pas divulguée.
Mais finalement je me suis dit que si je pouvais en parler à l'assurance, c'était aussi le moment de le dire au public.
Cela a quelque chose d'ironique lorsqu'on sait que quelques temps avant, un fan m'avait harcelé et avait fait circuler la rumeur selon laquelle je l'avais infecté par le virus. A cette époque je n'avais rien encore.
Ce « coming out » a été un bienfait pour moi au niveau personnel.
Même si je n'ai pas réellement ressenti de changement, je pense que ça a provoqué un déclic pour faire cet album solo !

Tof : D'où vient cette fascination des chants religieux ?
Andy
: L'univers de calme qui règne dans les cathédrales m'a toujours beaucoup plus. Et puis lorsque j'étais enfant et que j'allais à l'Eglise il y avait bien sûr une grosse croix sur laquelle se trouvait Jésus, très impressionnante. Je ne pouvais pas m'empêcher de penser que si la croix tombait par terre, Jésus se relèverait.
Bien sûr ça n'est jamais arrivé [SOURIRE]

Sacré Andy, quel sens de l'humour ! Sans aucun doute un des artistes les plus sympathiques rafraîchissants qu'il m'ait été donné de rencontrer. Nous serons nombreux à danser sur les tubs d'Electric Blue et acheter cet album tout simplement décoiffant !







Lis la review de Electric Blue et commande-le dans notre Boutique

Visite le site officiel et écoute des extraits d'Electric Blue : www.andybell.com







LES ANCIENNES INTERVIEWS DE CITEGAY

Les anciennes interviews de CitéGay :
- Jay Jay Johanson pour son album RushRush
- Body Without Organs pour leur album Prototype
- Alain Bouzigues (comédien) pour le film Espace Détente
- Q Boy (rapper Gay) pour son album Even The Women like Him
- Nâdiya pour son album 16/9
- Duran Duran pour leur grand retour à 5 et leur album Astronaut
- Jeanne Mas pour son Remix de Toute première fois et son Best-Of
- David Guetta pour son album Guetta Blaster
- Nicolas O (ex WhatFor) pour son single Chercher le Garçon
- Marianne James
- Juliette pour sa série de concerts.
- D'Geyrald pour ses projets divers depuis sa première interview CitéGay
- Gregori Baquet (comédien) pour le film Grandes Ecoles
- Mélissa Mars pour son premier album Et alors !
- Michel Heim de la troupe des Caramels Fous pour La revue qui va faire mâle
- Jeanne Mas pour son album Les Amants de Castille
- Thomas Sayofet (sorti du Loft) pour son livre Personne n'est parfait maman
- Anne-Laure (sortie de la Star Ac') pour son single Superwoman
- D'Geyrald (chanteur Gay) pour son single New Kind Of Love et son album C' mon seul espoir
- Jean-Luc Romero (politique)
- Les L5 pour leur album Retiens-moi
- Frédéric Delliaux (styliste cuir)
- Marc Cerrone (pape du disco) pour son album Hysteria
- Rikki Beadle-Blair (comédien, chanteur et créateur de la série Metrosexuality)
- Vincent Mc Doom
- Claire lombard (comédienne)
- Luminium (artiste-créateur)
- Guesch Patti pour son single Dans tes yeux et son album Dernières Nouvelles
- Tom Jones
- Mireille Mathieu pour son album De tes mains
- Benoît pour le single Benoît tourne-toi
- Elfy
- Sophie Ellis-Bextor pour son single Take Me Home
- Titiyo pour son album Come Along
- Kosheen
- Billy Crawford
- Erikatv
- Kelly Joyce
- Jean-Luc Romero pour son livre On m'a volé ma vérité
- Jimmy Somerville
- Les valentins







07/11/2005 Themes Culture Interview TOF

Partager :
People  
Frédé­ric Mitter­rand est formel !

Migos réagit aux accusations d'homophobie !

Une demande en mariage d'un couple gay en plein concert d'Adele

Keegan Hirst, le rugbyman gay, a failli se suicider.

Boy George - Il soutient Macron car il le croit gay


Publicité






© copyright 1997/2017   CiteGAY.fr | CiteGAY.com   ® tous droits réservés