Rencontres GAYActualités LGBTCulture GayInterviewsPeopleSorties GayPrévention SantéShopping

L'AME damnée des sans-papiers les plus démunis


Le gouvernement décide de tirer sur l'ambulance...
Santé, Sida, Aides, Etrangers malades



Communiqué 14 décembre 2010

 

L'AME damnée des sans-papiers les plus démunis :

Le gouvernement décide de tirer sur l'ambulance

 

Cette fois c'est fait. Désaveu cinglant pour le travail du Sénat, la commission mixte paritaire vient de restaurer les restrictions d'accès à l'Aide Médicale d'Etat (AME), sous la pression du Premier Ministre François Fillon. Le gouvernement s'obstine donc à faire de l'AME le symbole de sa politique xénophobe et irresponsable. Car cette décision viendra en fait plomber un peu plus les finances publiques et la situation sanitaire dans notre pays.

 

Le 7 décembre dernier, le Sénat avait pourtant écarté les amendements votés à l'Assemblée visant à durcir l'accès à l'Aide Médicale d'Etat. Se ralliant ainsi à l'avis unanime des experts en santé et en finances publiques, des institutions sanitaires et des associations[1]. Or hier 13 décembre, la commission mixte paritaire décide de passer outre le vote du Sénat et l'avis de tous les experts. Ignorant du même coup le dernier rapport de l'IGAS et de l'IGF[2], qui était sensé venir éclairer le travail des parlementaires. Le débat sur les restrictions d'accès à l'AME échappe décidément à tout jugement rationnel. Des restrictions qui, selon les propres termes du sénateur UMP Alain Milon, vont pourtant « pousser les bénéficiaires de l'AME à retarder leur demande de soins » et « aggraver leur situation sanitaire », tout en favorisant la propagation de maladies infectieuses comme le VIH dans la population générale.

 

Alors pourquoi une telle obsession du gouvernement dans ce dossier, sinon pour des raisons politiciennes et électoralistes ? Pour réaliser des économies sur le dos des malades les plus démunis ? C'est en tout cas l'argument principal avancé par le gouvernement. Mais quelles économies ? Dans le meilleur des cas, les recettes escomptées par ce dispositif atteindront péniblement les 6 millions d'euros : soit moins de 1% du budget de l'AME, et 0,003% du budget de la sécu ! Economies de bouts de chandelles, qui seront bien vite englouties par le surcoût des complications médicales dues aux retards de prise en charge, comme l'explique justement le sénateur UMP Alain Milon. Sans compter le coût administratif de mise en place d'un tel dispositif.

 

Résultat, on joue avec la santé publique et celle des plus démunis, le tout aux frais du contribuable !

 

Faute d'arguments rationnels, les fossoyeurs de l'AME s'appuient sur des amalgames douteux et populistes : les sans-papiers frauderaient ainsi en toute impunité pour s'offrir cures thermales et opérations de chirurgie esthétique, le tout aux frais de la princesse. Rien que ça. Peut-on encore tolérer ces hordes de sans-papiers qui viennent exhiber leurs prothèses siliconées dans les eaux thermales de La Bourboule ? On nage en plein délire, et AIDES attend toujours les preuves formelles de ces allégations.

 

Mais l'intention est claire : sous le prétexte dévoyé d'économies budgétaires, on veut surtout faire peur aux Français, en jetant à la vindicte populaire une population marginalisée, déjà particulièrement touchée par les inégalités de santé. AIDES est fatiguée de devoir sans cesse lutter contre ce travail de démolition permanent de notre système de soins, orchestré par un gouvernement qui s'en prend systématiquement aux plus faibles.

 

AIDES déplore cette nouvelle ingérence de l'Etat dans l'équilibre des pouvoirs, et dénonce un aveuglement absurde qui aura des conséquences désastreuses sur le plan éthique, sanitaire et économique.

---

Association AIDES
Visitez notre site: www.aides.org



[1]  Notamment : Société Française de Santé Publique, Conseil de l'Ordre des médecins, Conseil National du Sida, Rapports IGAS et IGF 2007 (http://www.ladocumeantationfrancaise.fr/rapports-publics/074000345/index.shtml)

[2] Inspection générale des affaires sociales et inspection générale des finances



16/12/2010 Communiques Associations Prevention C.P. AIDES/COALITION PLUS

Partager :
A votre écoute... 
Sida Info Service vous répond

Pin-Aides sur nos dialogues


Prévention 
Dossier Prévention

Le Sida aujourd'hui

Modes de transmission

Primo-infection

IST et hépatites

Le préservatif

News Prévention 
Assos Prévention  

Remerciements 
Syndicat National des Entreprises Gaies
Aides
Sida Info Service
Internet Prevention and Sexuality Research


Publicité






© copyright 1997/2017   CiteGAY.fr | CiteGAY.com   ® tous droits réservés