Rencontres GAYActualités LGBTCulture GayInterviewsPeopleSorties GayPrévention SantéShopping

Dépistage rapide démédicalisé du VIH


Après l'expérimentation place à l'intégration des TROD dans nos actions de réduction des risques sexuels...
Sida, Dépistage, Aides



18 novembre 2010

Dépistage rapide démédicalisé du VIH : après l'expérimentation place à l'intégration des TROD dans nos actions de réduction des risques sexuels


AIDES se félicite de la parution au Journal officiel, le 17 novembre 2010, d'un arrêté élargissant les conditions de recours au test de dépistage rapide à orientation diagnostique du virus de l'immunodéficience humaine, le virus du sida.

 Ce nouveau texte étend le champ des personnes habilitées à réaliser ces tests :

  • aux médecins exerçants dans des cabinets libéraux ;
  •  aux personnels des établissements et services de santé (médecins, biologistes médicaux, sages-femmes, ou encore infirmiers et techniciens de laboratoire sous la responsabilité d'un médecin ou d'un biologiste) ;
  • aux associations.


C'est la  reconnaissance de plus de deux ans de travail pour AIDES et l'ANRS et une avancée majeure pour la lutte contre le sida

Pour démontrer qu'un autre dépistage est possible, AIDES mène depuis deux ans l'étude Com'Test, avec l'Agence Nationale de Recherches sur le Sida et les Hépatites virales (ANRS)

 Cette recherche communautaire biomédicale, réalisée auprès des hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes, a montré que le dépistage démédicalisé du VIH par test rapide est réalisable par des acteurs associatifs formés.

 Les résultats de Com'Test parlent d'eux-mêmes :

  • Plus de 90 % de haute satisfaction pour les personnes testées ;
  • Un taux de découverte de séropositivité 10 fois supérieur à celui des CDAG ;
  • 8 % des personnes dépistées n'avaient pas fait de test depuis plus de deux ans.


Com'Test a de plus prouvé, par des résultats concrets, que l'offre démédicalisée de dépistage correspond à un réel besoin pour des personnes exposées aux risques et qu'elles trouvent auprès des intervenants de AIDES un conseil adapté à leur situation.

 Nous allons donc pouvoir utiliser régulièrement les tests rapides dans nos actions de terrain de réduction des risques sexuels. Ce que nous attendions depuis longtemps.

 

Pourquoi un dépistage non médicalisé ?

L'apparition d'une pratique non-médicalisée du dépistage du VIH/sida en France est une mini-révolution. Il aura fallu en passer par une recherche biomédicale pour en arriver là.

AIDES n'ouvrira pas de « CDAG bis » : nos actions s'inscrivent dans une démarche communautaire qui vise « à faire avec, et non pour ». C'est dans ce cadre que va venir s'inscrire dans AIDES, l'acte de dépistage. Il va devenir un acte de conseil en prévention, un outil supplémentaire dans le processus mis en ouvre par les personnes elles-mêmes pour élaborer leurs stratégies de prévention. Les personnes qui en expriment le besoin pourront participer à un entretien de réduction des risques sexuels (RDRS), en connaissant leur statut sérologique.

 

Pas de dépistage démédicalisé sans formation

Le dépistage démédicalisé ne peut être réalisé que par des personnes formées. Cette formation comptera, au-delà des techniques de réalisation pratique, l'accompagnement et le conseil. Elle s'appuiera sur la longue expérience de AIDES sur ces questions, et notamment sur celle des deux études Com'test et Drag. Réalisée en groupe, cette formation validante permet de mettre en place une confiance et des réflexes de soutien mutuel au sein d'une équipe. Les logiques de confidentialité, d'accompagnement et d'écoute ne s'apprennent pas forcément en faculté de médecine, mais aussi dans le travail de soutien communautaire. 

 

Des partenariats indispensables

Pour coller le mieux aux besoins, et se situer le plus possible en complément de ce qui existe, le développement d'actions en partenariat avec d'autres structures locales (associations communautaires, CDAG, COREVIH, etc.) est un élément essentiel de l'inclusion du dépistage dans les actions de RDRS. Ces partenariats sont un outil supplémentaire pour atteindre les personnes qui ne passent pas spontanément la porte des délégations de AIDES


22/11/2010 Communiques Associations Prevention C.P. AIDES

Partager :
A votre écoute... 
Sida Info Service vous répond

Pin-Aides sur nos dialogues


Prévention 
Dossier Prévention

Le Sida aujourd'hui

Modes de transmission

Primo-infection

IST et hépatites

Le préservatif

News Prévention 
Assos Prévention  

Remerciements 
Syndicat National des Entreprises Gaies
Aides
Sida Info Service
Internet Prevention and Sexuality Research


Publicité






© copyright 1997/2017   CiteGAY.fr | CiteGAY.com   ® tous droits réservés