Rencontres GAYActualités LGBTCulture GayInterviewsPeopleSorties GayPrévention SantéShopping

Installation vidéo et photos: ''Hear Us Marching Up Slowly''


de Dorothée Smith à travers ses différentes séries photographiques et l'installation vidéo C19H2802 explore la question du (trans)genre à la Galerie les Filles du Calvaire du 27 Janvier au 25 Février 2012 - 75003 Paris



Dorothée Smith n'en fait pas mystère : son approche du visible, luministe et sombre à la fois, vaut comme image de l'incertitude des rôles sexués. La question du genre, thématisée depuis plus de vingt ans par la philosophie (en premier lieu par l'Américaine Judith Butler) tient une place non négligeable dans l'élaboration intellectuelle de son ouvre.
 
Mais comme tous les artistes authentiques et par-delà les enjeux du gender, Dorothée Smith se livre d'abord à l'exploration d'un univers formel. Certains ont pu repérer dans ses images un écho de la peinture de la Renaissance, d'autres une veine romantique. De quoi s'agit-il ? D'une gravité propre à la peinture de portrait florentine, ou des paysages parfois crépusculaires de ses arrière-plans ? Ou bien de la ferveur ombrageuse d'un peintre allemand comme Caspar David Friedrich : un fragment de paysage de la série Löyly ne contient-il pas une sorte de réplique en miniature de tel de ses pics enneigés ? S'il fallait tenter un rapprochement qui rendrait mieux justice à la qualité presque piétiste de cette série (sensible souvent dans d'autres ensembles comme Sub Limis ou Spree), je pourrais songer, non sans risque, à l'univers du peintre danois Vilhelm Hammershøï.
 
Chez lui, un personnage sagement immobile, debout dans un intérieur où bruit le silence, une femme nue assise ou simplement quelques losanges de lumière posés par le soleil dans une chambre, suffisent à transmettre une spiritualité sans embarras. On y retrouvera peut-être l'austérité de vitrail de quelque église luthérienne de Scandinavie. Il y a chez Dorothée Smith un tropisme ''nordique'', et un autre vers l'Europe centrale.(.)
 
L'ouvre est profondément enracinée dans son temps. Dans son monde parfois traversé par une certaine violence, les visages d'une douceur inexprimable, les yeux perdus, les corps lovés ou offerts dans les mirages d'une chaude intimité, les tiédeurs de banquise sublimée en haleine et les horizons sans vie sont polarisés, comme des aurores magnétiques, par le nouveau mode de défi lancé à la séparation des sexes par le monde actuel. Il s'agit moins ici de métaphores que de métamorphoses. Cette remise en cause, souvent perceptible dans les physionomies, semble trouver dans ces scènes de nature où l'eau, la glace et la vapeur jouent de leur mutabilité, une sorte d'expression climatique, littéralement comme si les points de congélation ou de surfusion faisaient office d'acteurs conceptuels de la dichotomie masculin-féminin devenue vacillante.
 
Installation vidéo et photos: ''Hear Us Marching Up Slowly'' de 27 Janvier au 25 Février - 17 rue des Filles-du-Calvaire - 75003 Paris


20/02/2012 Themes Culture Expo TOF

Partager :
Spectacles  
Blues Cabaret

Les Virilus @La Folie Théâtre

Tout en finesse - Théatre de Jeanne à Nantes


Cinéma & Vidéo  
Festival en Nord : un festival autour de la tolérance et du respect

6eme Rencontres In Out

Vues d'en face, 14e Festival International du Film Gay et Lesbien de Grenoble


Bouquins  
L'arc en ciel des familles de Muriel Douru

Nictale Sama - L'amour en poésie

Un livre au bénéfice du Refuge : appel à soutien


Musique  
Frankie Knuckles : mort du parrain de la house music

Lady Gaga ressuscite Michael Jackson, Jésus et Gandhi dans le clip de ''G.U.Y''

Kylie Minogue en concert à Paris-Bercy le 15 novembre 2014


Expos  
Au Bonheur du Jour, Paris

Avignon : les artistes solidaires contre l'homophobie

Une série de photos pour témoigner des microagressions


Publicité






Publicité

© copyright 1997/2014   CiteGAY.fr | CiteGAY.com   ® tous droits réservés