Rencontres GAYActualités LGBTCulture GayInterviewsPeopleSorties GayPrévention SantéShopping

Free Fall


Un film de Stephan Lacant en salle le 5 MARS 2014



FREE FALL

UN FILM DE STEPHAN LACANT


AU CINÉMA LE 5 MARS 2014


SYNOPSIS

Marc est un jeune policier CRS. Il mène une vie épanouie avec sa femme qui attend un enfant de lui. Il rencontre Kay, un nouveau collègue qui vient de rejoindre son unité. La complicité des deux hommes vient rapidement à dépasser le cadre de leur travail...

STEPHAN LACANT BIOGRAPHIE

Né en 1972 à Essen, Stephan Lacant étudie la direction d'acteurs à la Stella Adler Acting Con- servatory et à la New York Film Academy. Il fait plusieurs stages au cours de sa carrière (scé- nario avec Frank Daniels, réalisation avec Judith Weston, présenté à la Berlinale Talent Campus). Actuellement, Stephan Lacant vie et travaille comme scénariste et réalisateur à Berlin.

FILMOGRAPHIE

2013 FREE FALL
2007 AQUANAUTS (court-métrage)
2006 LUCIOLES
2005 COMEBACK (court-métrage)
2005 OHNE ABSEITS (documentaire télévision)
2004 ACTION MADE IN GERMANY (documentaire) 2001 MAX GOODMAN'S LAST FILM (court-métrage) 1996 LITTLE INDIA (court métrage)

ENTRETIEN AVEC LE RÉALISATEUR Pouvez-vous nous parler de la genèse du film et de la volonté d'écrire, pour votre premier film, une

Lorsque que j'ai rencontré Karsten Dahlem - mon co-auteur - il y a quatre ans, il m'a parlé des expériences qu'il a vécues quand il travaillait comme CRS. J'ai été tout de suite intrigué, cela a été un point de départ. Quelques jours après, nous nous sommes à nouveau rencontrés et nous avons commencé à travailler sur ce récit. Au début, nous nous sommes concentrés sur l'homophobie au sein de la police, avant que l'histoire d'amour ne prenne de plus en plus d'importance. Pendant les trois premières années de développement du script, nous avons effectué de nombreuses recherches. Nous avons parlé avec des policiers - qu'ils soient homosexuels ou non -, à des hommes ; pères de familles, tombés amoureux d'autres hommes plus tard dans leur vie, et à des mères dont les fils étaient homosexuels. Nous avons été impressionnés de découvrir que notre société « moderne » est toujours très intolérante sur le sujet de l'homosexualité. Il nous est parut plus que jamais essentiel de faire ce film.

Pourquoi avez-vous choisit de placer cette histoire d'amour entre deux hommes qui évoluent dans cet univers très masculin et violent qu'est celui des CRS et de la police ?

Le processus d'écriture du film a toujours été en lien avec la propre expérience de Karsten au sein des CRS. Pour nous, il était clair dès le départ que l'histoire se tiendrait dans cet univers. En Allemagne, il y a cette idée reçue que la police est un « miroir de la société », j'ai su que c'était le monde dans lequel FREE FALL évoluerait. De plus, sur un terrain aussi masculin et dominateur comme le football ou la police,

histoire sur l'homosexualité ?

l'homophobie est très présente.

Le film présente un intérêt universel : il aborde la question de renoncer à son couple pour une autre personne. Auriez-vous pu écrire la même histoire entre un homme et femme ?

Il était très important de ne pas faire un film pour une niche de spectateurs. Nous voulions atteindre un public plus grand car il est crucial que les gens sachent que l'homophobie est toujours un problème. Bien sur, FREE FALL est l'histoire d'un homme tombant amoureux d'un autre homme, mais notre approche était de nous libérer de stéréotypes comme penser uniquement en terme « gay/hétéro ». C'est une histoire d'amour. On ne devrait pas se soucier de savoir si c'est une relation gay ou hétéro.

Pourquoi avez-vous choisi le titre FREIR FALL (chute libre) ?

Le titre m'est venu pendant une promenade en forêt - ce même lieu qui figure dans l'une des premières scènes entre les deux personnages - et j'ai tout de suite su qu'il correspondait au film. D'un côté, « freir fall » est une expression allemande très courante, d'un autre côté, elle traduit bien la situation de notre protagoniste ; il chute mais cette « chute libre » lui fait connaître une nouvelle forme de liberté.

Max Riemelt et Hanno Koffler - qui jouent les deux personnages principaux - sont des acteurs connus en Allemagne. Dans le film, ils partagent une grande complicité. Comment avez-vous travaillé avec eux pour créer une telle relation ?

Il était clair dès le début que FREE FALL était un « film d'acteurs ». Trouver le bon casting était crucial pour que le film fonctionne. Il nous a fallu un long processus pour choisir ceux qui correspondraient aux personnages. Après avoir trouvé Hanno Koffler pour le rôle principal, nous étions très heureux lorsque nous avons choisi Max et Katharina pour jouer Kay et Bettina. Le jeu entre eux était si intense que le choix de ces trois acteurs était évident.

Tous les quatre, nous avons beaucoup parlé du scénario. Ensemble, nous avons analysé chaque scène, chaque dialogue, chaque personnage. Après cela, nous avons revu le script avec Karsten. Il était très important pour moi que les acteurs se sentent à l'aise et fassent de ce rôle le leur.
Pour les scènes de sexe, nous avons fonctionné de la même façon. Ce type de séquence est toujours difficile -
que ce soit entre un homme et une femme ou un couple de même sexe. Pendant le plateau, nous avons fait en sorte de réduire le nombre de personnes au maximum afin de créer une atmosphère intime et ainsi, permettre aux acteurs se s'immerger totalement dans la scène.

Il était d'ailleurs très aidant que Hanno et Max se connaissent déjà avant le tournage, pour avoir tourné un film au Maroc où ils sont devenus amis.

L'homosexualité comme sujet du film fait naturellement penser au film BROKEBACK MOUNTAIN, d'Ang Lee. Que pensez-vous de cette comparaison ?

Tout d'abord, je dois dire que j'aime beaucoup BROKEBACK MOUNTAIN, et qu'être comparé avec une ouvre aussi marquante dans l'histoire du cinéma est très flatteur. Lorsque nous avons écrit FREE FALL avec Karsten Dahlem, nous n'avions pas ce film en tête. Si nous en avons été influencé, ce fut de manière inconsciente - de la même manière que de nombreuses créations nous guident de manière subliminale lorsque nous créons chose.

FREE FALL en est très différent. Notre film est un triangle amoureux ; la relation que Marc entretient avec sa femme joue un rôle aussi important que celle qu'il connaît avec Kay. Il est écartelé entre deux rôles incompatibles : sa vie bien rangée avec sa famille et ses sentiments naissants pour son collègue Kay. Par ailleurs, le film traite de manière beaucoup plus ouverte et honnête la sexualité entre les deux hommes.

Je crois également que le fait que FREE FALL se passe à notre époque créé moins de distance qu'avec des cowboys dans les années 60 et 70.

Quelles ont été les réactions des spectateurs et de la presse lors de la sortie de FREE FALL en Allemagne ?

Le film a eu un accueil critique et public excellent et est toujours à l'affiche après 35 semaines d'exploitation. Pendant la promotion du film à travers l'Allemagne et dans les festivals de New York et Madrid, nous avons eu de longues et intenses discussions avec les spectateurs après les séances, ce qui prouve que l'homophobie est toujours un sujet d'actualité en 2014, dans notre société dite « libérale ». J'ai également pu dialoguer avec beaucoup de policier qui ont vu le film et qui l'ont beaucoup aimé. Ils m'ont dit avoir trouvé l'ouvre très réaliste.

CASTING Hanno Koffler

Né en 1980, Hanno Koffler est un acteur et comédien de théâtre allemand. D'abord batteur du groupe « Kerosin » qu'il a créé avec son frère en 1994, il a commencé sa carrière au cinéma en 2002 en jouant dans des films tels que ANATOMY 2 et plusieurs ouvres de Marc Kreuzpaintner (REC, GANZ UND GAR, SUMMER STORM et LE MAÎTRE DES SORCIERS). Il prend des cours de théâtre à la Max-Reinhard- Seminar à Vienne jusqu'en 2007 et joue dans plusieurs pièces mises en scène par Klaus Maria Brandauer. En 2008, il obtient plusieurs prix et nominations à divers festivals, notamment celui du meilleur acteur au Festival du Film de Durban en Afrique du Sud pour A HERO'S WELCOME et le prix Franz-Hofer-Preis en 2009 pour ce même film.

FILMOGRAPHIE SÉLECTIVE

2003 GANZ UND GAR

  1. 2003  ANATOMY 2

  2. 2004  SUMMER STORM

2008 BARON ROUGE

  1. 2008  LE MAÎTRE DES SORCIERS

  2. 2009  SUR LE LIEU DU CRIME (TV)

2013 FREE FALL

CASTING Max Riemelt

Max Riemelt est né à Berlin en 1984. Il a commencé sa carrière d'acteur par hasard car, à l'origine, il « n'avait pas l'ambition de jouer et n'avait jamais intégré de classe de théâtre à l'école ». Il se sent par ailleurs plus épanoui devant une caméra que sur une scène de théâtre et se déclare « minimaliste » dans son approche du jeu. Il remporte le prix du meilleur acteur pour son rôle dans NAPOLA lors du Karlovy Vary International Film Festival de 2004 et pour DER ROTE KAKADU en 2006 lors du Bavarian Film Awards. Il a notamment joué dans tous les films de Dennis Gansel depuis MÄDCHEN, MÄDCHEN (2000).

FILMOGRAPHIE SÉLECTIVE

  1. 2010  WE ARE THE NIGHT

  2. 2011  THE DEPRAVED

  1. 2011  PLAYOFF

  2. 2012  THE FOURTH STATE

  1. 2012  THE GERMAN FRIEND

  2. 2013  FREE FALL

LISTE ARTISTIQUE

Hanno Koffler
Max Riemelt
Attila Borlan Katharina Schüttler Stephanie Schönfeld Oliver Bröcker

Marc Borgmann Kay Engel
Werner Brandt Bettina Bischoff Claudia Richter Frank Richter Wolfgang Borgmann Inge Borgmann Gregor Limpinski Britt Rebmann Bernd Eiden

Luis Lamprecht Maren Kroymann Shenja Lacher Britta Hammelstein Horst Krebs Barbara Bernt Samuel Schnepf Vilmar Bieri Jonathan Müller

Ärztin
Benno Bischoff Lothar Bischoff Mann im Club


page20image1288 page20image1712 page20image1872 page20image2032 page20image2192

FREE FALL #41 




20/02/2014 Themes Culture Cinema-Video JP

Partager :
Spectacles  
L'homosexualité façon burlesque au lycée JBD d'Alès

Entre chorale gay et western débridé, le répertoire déjanté des ''Caramels fous''

Blues Cabaret


Cinéma & Vidéo  
STAND, un film engagé sur l'homophobie en Russie en DVD

Peter Greenaway : ''Personne en Russie ne veut admettre qu'Eisenstein était homosexuel''

Cinéma - Le Cercle


Bouquins  
Jonathan Gillot reçoit le Prix Découverte du roman gay 2016

Accusée d'homophobie, une romancière ne sait plus comment se défendre

Nu masculin - sortie de Normal Magazine #7


Musique  
Le rap gay va bientôt (enfin) devenir mainstream

Un ''Lac des cygnes'' gay friendly

Tchaïkovski et la cause gay


Expos  
Dessins et photos de Bruno S

Au Bonheur du Jour, Paris

Avignon : les artistes solidaires contre l'homophobie


Publicité






© copyright 1997/2017   CiteGAY.fr | CiteGAY.com   ® tous droits réservés