Rencontres GAYActualités LGBTCulture GayInterviewsPeopleSorties GayPrévention SantéShopping

Les Nations Unies publient aujourd'hui le premier rapport consacré aux droits des personnes LGBT


Le Comité IDAHO salue la publication aujourd'hui par le bureau du Haut Commissaire aux Droits de l'Homme de l'ONU du premier rapport de son histoire consacré aux personnes dont les droits fondamentaux sont bafoués ...
droits, homme, homosexuel, onu



Communiqué de presse - 15/12/2011
 
Les Nations Unies publient aujourd'hui le premier rapport official de leur histoire consacré aux droits des personnes LGBT.
 
Le Comité IDAHO salue la publication aujourd'hui par le bureau du Haut Commissaire aux Droits de l'Homme de l'ONU du premier rapport de son histoire consacré aux personnes dont les droits fondamentaux sont bafoués en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre.
 
Le rapport documente de manière détaillée les violences, discriminations et stigmatisations systématiques dont sont victimes les personnes homosexuelles ou transgenre à travers le monde. Il analyse en détail comment la protection des droits des minorités sexuelles et de genre fait partie des obligations auxquelles les Etats membres de l'ONU ont souscrit à travers les différents Pactes, Traités et Conventions.
 
Le rapport en appelle aux Etats à mettre immédiatement en oeuvre une série de recommandations, parmi lesquelles figurent la dépénalisation totale des rapports sexuels entre adultes consentants, le droit d'asile systématique des personnes persécutées en raison de leur orientation sexuelle et/ou leur identité de genre, le droit d'expression et d'assemblée et l'abolition de toute discrimination à l'accès des droits économiques, sociaux et culturels.
 
« Bien que ce rapport n'ait pas à ce stade de valeur contraignante, il constitue une étape historique vers l'adoption dans un futur que nous espérons proche d'une Résolution des Nations Unies qui aura, elle, un caractère obligatoire pour les Etats » estime Louis-Georges Tin, président du Comité IDAHO. « Notre association se bat depuis sa création en 2005 pour cet objectif, au coté d'une très large alliance internationale à laquelle se joignent de plus en plus d'associations et mouvements de défense des Droits de l'Homme. Cette initiative de l'ONU est une résultante directe de cette mobilisation mondiale que nous avons vu grossir ces dernières années de manière exponentielle. Nous exhortons la France à poursuivre ses efforts aux cotés des autres pays impliqués pour que cette résolution puisse voir le jour le plus tot possible.»
 
Selon Joel Bedos, qui anime au niveau international la Journée Internationale contre l'Homophobie et la Transphobie que le Comité IDAHO a créé en 2005 et qui est célébrée aujourd'hui dans 90 pays sur tous les continents, ce rapport marque une étape primordiale. «C'est la première fois dans l'Histoire que l'ONU consacre un rapport officiel à cette question. Pour l'instant, il y avait eu des mentions dans divers rapports de Procédures Spéciales et des déclarations éparses de diverses hautes personnalités, y compris par le Secrétaire Général Ban Ki Moon, dont nous saluons l'engagement affirmé à nos cotés. Mais ce rapport, qui s'inscrit dans une Résolution portée en juin dernier par l'Afrique du Sud au Conseil des Droits de l'Homme, a une valeur tout à fait différente : il oblige les Etats de l'ONU à considérer que la question des violations des droits des personnes en raison de leur orientation sexuelle et/ou identité de genre constitue une question politique légitime, et non une question d'ordre 'privé', limitée aux 'particularités culturelles' dont chaque pays peut se prévaloir ».
 
Dans un récent discours auprès du Conseil des Droits de l'Homme, la Secrétaire d'Etat Hillary Clinton avait d'ailleurs rappelé que l'argument de la souveraineté 'culturelle' ne pouvait en aucun cas justifier des abus des droits de personnes, quand bien même elles feraient parties de minorités réprouvées par la « morale publique ».
 
« A ce titre, ce rapport inscrit pour la première fois, et de manière définitive, les droits des minorités sexuelles et de genre dans la politique internationale. Ses recommandations seront discutées officiellement en mars prochain lors d'un panel spécial du Conseil des Droits de l'Homme et ces discussions feront sans doute bouger les législations dans un certain nombre de pays qui réfléchissent à l'évolution de leurs législations homophobes. Ces législations sont souvent un héritage de lois coloniales, notamment du temps de l'empire britannique, et elles rappellent que c'est l'homophobie, et non l'homosexualité, qui est 'importée de l'occident' », rappelle Joel Bedos
 
 


15/12/2011 Communiques Associations Idaho C.P. IDAHO

Partager :
Actualités Gay  
Les créateurs ont du coeur du 20 au 23 décembre 2017

Roselyne Bachelot s'engage contre l'homophobie dans le sport sur RMC ce mercredi

Braderie solidaire Mode et Déco Les Créateurs ont du coeur du 31 mai au 3 juin

Matthias Fekl saisit la justice après des propos visant Xavier Jugelé

Être homosexuel en Tchétchénie veut dire la mort ou l'exil

Pays-Bas - les hommes main dans la main pour dénoncer une agression homophobe

Le Japon reconnaît son premier couple adoptif homosexuel

La première exposition d'art homosexuel ouvre à Londres

A Paris, un bar gay en résistance face à la gentrification du Marais

L'inventeur du drapeau arc-en-ciel, emblème homosexuel, est mort


Associations  
Le Refuge, association qui vient en aide aux jeunes victimes d'homophobie, s'installe en Guyane

SOS homophobie à l'écoute des victimes depuis 22 ans

Le MILK, bar ''gay-friendly'', ouvre à Rouen

Santé des LGBT : c'est quand qu'on va où ?

Enquête PrEP réalisée par Aides


Publicité






© copyright 1997/2017   CiteGAY.fr | CiteGAY.com   ® tous droits réservés